“De chair et d’âme” de Boris Cyrulnik: « Il y a des gens plus prédisposés que d’autres au bonheur. La sérotonine est un neuromédiateur naturel qui joue un rôle important dans le bien-être. Plus on en produit plus on se sent bien dans sa peau. Inversement, un déficit de sérotonine est associé à la déprime. »

Si on en croit J.P Ternaux, lorsque l’expérience de la satisfaction, du plaisir, de la joie est mémorisée nous aurons tendance à la reproduire. “Motivation, plaisir et récompense forment une chaîne”.

Mon approche de la sophrologie est largement inspirée de ces postulats.

L’expérience de la sophrologie engage tout notre être. Nous nous mettons dans des dispositions favorables à la joie, par la pensée, par l’imagination. Puis, nous intégrons ces sensations dans notre corps et créons ainsi un « chemin » vers les sensations que nous associons au bonheur. Cet exercice répété de multiples fois, permet l’ancrage de la sensation recherchée.

Pour aller plus loin, nous pourrions imaginer que stimuler la sensation associée au bonheur favorise la libération de sérotonine.

Ainsi, j’aime à croire que si nous sommes inégaux génétiquement face au bonheur, nous sommes en mesure de soulever des leviers modifiant le donne de façon positive. C’est aussi l’expérience de la méditation de pleine conscience, largement relayée par les neurosciences. La sophrologie utilise les mêmes rouages, ajoutant le corps en mouvement et les suggestions positives.

Pour aller plus loin : https://www.cortex-mag.net/comment-la-meditation-agit-sur-le-cerveau/

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *